Edito de la Saison 2020-2021

Cher public, chères amies et amis de notre théâtre !

Comme beaucoup d'autres théâtres, nous avons été soudainement touchés par la fermeture des sites culturelles en mars, une mesure malheureusement nécessaire en temps de pandémie. Notre nouveau théâtre au Forum européen sur le Rhin avait ouvert ses portes depuis cinq mois seulement ! Après de nombreuses années de préparation, contre de nombreuses critiques et réserves, nous avions réussi à réaliser ce projet, qui est unique en Europe. Une grande chance ! Chaque jour, nous étions heureux de mesurer la réussite de ce projet audacieux de création d'un théâtre transfrontalier dans une zone rurale, qui a été reçue avec beaucoup de curiosité et d'enthousiasme par le public. Pour nous avoir permis de réussir, cette - je dirai presque - notre Ode à la joie européenne commune, nous vous remercions, vous, notre public et tous nos supporters qui nous ont soutenus et encouragés de nombreuses années.

Mais ensuite, après la pause imposée par les circonstances, de nombreuses questions se sont posées : Que faire à présent ? Comment continuer à travailler dans les conditions de crise sanitaire ? Notre théâtre a-t-il même un avenir ? Va-t’on nous oubliés ? Comment pouvons-nous, en tant que théâtre sans théâtre - pour nous comme pour vous - continuer à proposer une fibre culturelle, dans ce contexte de pandémie ? Qu'est-ce qui est vraiment important dans notre vie ? Vous vous êtes certainement posé cette question tout comme nous. Que peut et doit accomplir la culture pour une société démocratique, surtout en temps de crise ?

Et nous nous sommes bien sûre aussi posés des questions purement pratiques, comment faire du théâtre quand les comédiens_iennes doivent respecter une distance de 1,50 entre eux ? Comment une Compagnie de Cinéma peut-elle survivre économiquement si les capacités de remplissage de la salle ne doivent dépasser 30% des capacités habituelles ? Considérer la crise comme une opportunité - pour bon nombre de celles et ceux qui sont touchés par la crise, il s'agit là d'une expression bien cynique. Mais il nous a bien fallu nous rendre à l'évidence, que nous ne pouvons pas occulter ce fait : que cela nous plaise ou non, nous devons nous adapter aux nouvelles circonstances, nous devons rester flexibles dans le meilleur des cas, nous transformer ensemble pour préserver un avenir de valeurs. Nous devons réfléchir à ce qui est vraiment important. Nous ne pouvons et ne devons pas continuer comme avant cette crise. C'est à partir de ces réflexions, mais aussi en raison de contraintes pratiques, que nous avons complètement remanié le répertoire de la saison 20/21 et que, par nécessité, nous avons développé un fil rouge pour toutes nos pièces et pour notre avenir : La nécessité de la métamorphose.

Toutes les productions que nous vous présentons dans la nouvelle saison interrogent cette transformation, du façonnage du monde et de soi-même, au premier pas prudent vers un nouvel avenir. Mais aussi l'échec, la rupture avec ses propres souhaits et ses objectifs sont mis en avant. La transformation est un cheminement, une rectification, une quête sur le chemin du but. La transformation est un processus. Nous ne savons pas si nous y arriverons un jour. Mais nous sommes invités à y travailler constamment. C'est notre but, notre tâche pour la vie pour un monde plus juste et plus écologique.

Dans nos productions, nous vous parlons de petits pas pouvant faire la grande différence pour soi-même et pour les autres. Il s'agit de la recherche et du sauvetage de la nature oubliée et presque perdue. La recherche et la lutte pour la réconciliation entre soi-même, l'homme et l'âme mythique de la nature. Entremêlant avidité, orgueil, destruction de l'environnement et destruction de l'humanité. Ce sont des pièces sur le voyage-retour, vers soi-même, vers l'unité, vers un avenir naturel. Des morceaux de chemin. Des morceaux de nouveau territoire.

Nous nous réjouissons de vos réflexions et des discussions que nous aurons avec vous.

Votre
Edzard Schoppmann avec le BAAL - Ensemble